jeudi 22 mai 2014

"L'armée furieuse", Fred Vargas maîtresse écrivaine


"Retancourt ne peut être un modèle pour personne, elle utilise des facultés non reproductibles." C'est certain, so does Fred Vargas... Je suis jalouse.

J'ai dévoré L'Armée furieuse en quelques jours et suivi le fameux commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, génie simplet. Des histoires brutales comme celle du grand-père coupable d'avoir étouffé sa vieille épouse avec de la mie de pain. De l'humour, des dialogues étranges, fantaisistes, loufoques :
"_ Un cloporte de deux centimètres. Sur l'omoplate gauche de Valleray et sur celle de Lina.
_ Comme une sorte de gros insecte peint dans le dos ?
_ Je ne voudrais pas t'accabler comme Danglard mais le cloporte n'est pas un insecte. C'est un crustacé.
_ Un crustacé ? Comme une crevette tu veux dire ? Une crevette sans eau ?
_ Une petite crevette de terre, oui. La preuve il a quatorze pattes. Les insectes ont six pattes. C'est comme cela que tu comprends que les araignées, qui en ont huit, ne sont pas non plus des insectes.
_ Tu te fous de moi ? Tu essaies de me dire que les araignées sont des crevettes de terre ? "

Fred Vargas a inventé un nouveau genre littéraire, le Rompol, roman policier truculent, nocturne, d'une richesse sans fond. Je suis amoureuse, vite vite, lire un autre rompol !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

N'hésitez pas à me faire un retour sur cet article ! Bises